.

.

Entretien des terrains, arrosage et remplissage de piscines : des règlements s’appliquent

Mardi, 3 Juillet, 2018 - 08:45

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield rappelle à ses citoyens la règlementation concernant la coupe de l’herbe et l’utilisation de l’eau potable alors que ces normes de comportement en société constituent des mesures de protection des intérêts collectifs afin de préserver les ressources et de favoriser un environnement de vie agréable pour tous.

La hauteur du gazon ne doit pas dépasser 10 cm de haut sur les terrains non vacants, en zone autre qu’agricole. Sur les terrains vacants, en zone autre qu’agricole, il est interdit de laisser pousser herbes et broussailles au-delà de 60 cm de haut – Règlement 218 (RMH-450). Après avoir avisé les contrevenants, la Ville peut procéder au fauchage du terrain aux frais de la personne dans les trois jours de l’avis. Le contrevenant est alors passible, en plus des frais de coupe, d’une amende minimale de 100 $ à 2 000 $. Rappelons également que le gazonnement et l’entretien de l’emprise de rue sont sous la responsabilité du propriétaire ou de l’occupant du terrain – Règlement 150. L’emprise est une portion de terrain située entre la rue et la propriété privée.

À Salaberry-de-Valleyfield, du 1er mai au 1er octobre, l’arrosage est permis seulement de 20 h à minuit, et ce, un jour sur deux : les journées paires pour les adresses de chiffre pair et les journées impaires pour les adresses de chiffre impair. Seul est autorisé l’arrosage manuel des jardins et potagers en tout temps, l’arrosage des nouvelles pelouses et autres plantations majeures, tous les jours pour une période maximale de quinze jours, et le lavage des autos, véhicules motorisés et embarcations, à la condition d’utiliser une lance à fermeture automatique en tout temps. Le règlement stipule aussi que le ruissellement de l’eau d’arrosage dans la rue ou chez le voisinage et le remplissage des piscines de 10 pi et plus, ou 9 000 litres, entre 8 h et 20 h, sont interdits. Des amendes sont prévues en cas de non-respect.

Afin d’économiser l’eau potable, la Ville met d’ailleurs à disposition des trucs pour réduire la consommation sur son site Internet. Pour les piscines, elle recommande : de bien colmater le filtre avant de procéder aux lavages à contre-courant (back Wash), car, au contraire, le gaspillage d’eau nuit à la filtration; de contrôler le manomètre, il ne faut pas que l’aiguille sorte de la zone verte et de ne pas dépasser les cinq minutes pour les lavages à contre-courant. L’usage d’une toile solaire pour la piscine permet d’éviter l’évaporation d’eau et les remplissages.

Pourquoi toutes ces mesures? C’est une question d’utilisation judicieuse des ressources qui prennent du temps à se renouveler, mais également d’économie. Les coûts de filtration de l’eau potable s’élèvent à 1 600 000 $ et ceux des eaux usées se chiffrent à plus de 2 000 000 $. Plus on consomme, plus il en coûte cher aux contribuables et moins c’est bon pour notre environnement.