.

.

Inauguration de l'Espace Madeleine-Parent

Mercredi, 28 Novembre, 2012 - 09:30

En présence de nombreux invités et témoins de l’événement, M. Denis Lapointe, maire de Salaberry-de-Valleyfield, a dévoilé la plaque soulignant l’œuvre et l’héritage social de madame Madeleine Parent, décédée en mars dernier.

L’Espace Madeleine-Parent, attenant à l’usine de traitement d’eau potable Marcelle-B.-Trépanier, a été confirmé d’appellation par le conseil municipal. Celui-ci a rendu témoignage à l’illustre femme d’action, en renommant à sa mémoire le « Jardin des Éléments », aménagé lors des travaux d’agrandissement de l’usine de filtration, il y a quelques années déjà.

Née à Montréal en 1918, madame Parent a entrepris des études en sociologie à l’Université McGill. À la fin des années 30, elle rencontre Léa Roback, avec qui elle milite activement pour plusieurs causes, notamment pour le droit de vote des femmes au Québec. Elle joint le mouvement des unions ouvrières, le 1er mai 1942. 

Elle se lie d’amitié avec le syndicaliste Kent Rowley, avec qui elle aura finalement partagé sa vie. En 1942, Madeleine Parent contribue à l’organisation syndicale des ouvriers de la Dominion Textile sous la bannière des « Ouvriers unis du textile d’Amérique ».  En 1946, elle a participé activement aux grèves d’employés des usines de Saint-Henri, d’Hochelaga et de Salaberry-de-Valleyfield pour dénoncer les injustices faites aux employés en raison de leurs mauvaises conditions de travail. Le 13 août de cette année-là, lors d’un affrontement entre la police et les grévistes, elle est arrêtée comme plusieurs autres leaders syndicaux. 

Exilée en Ontario pendant plus de 30 ans, où elle parcourt le pays afin de créer des syndicats locaux indépendants des syndicats américains, elle revient au Québec en 1978 pour y continuer son combat pour les travailleurs, les femmes, les autochtones et les
immigrants. Elle s’est investie considérablement dans différentes causes sociales et syndicales; ce qui lui a valu de se voir attribuer le Prix Idola Saint-Jean, en 1993. 

Madame Parent est décédée dans la nuit du 11 mars 2012.« Cette grande tisserande de solidarité méritait d’être honorée. L’Espace Madeleine-Parent est un lieu extraordinaire, étant considéré comme le premier toit vert à Salaberry-de-Valleyfield, c’est donc un véritable témoignage de l’engagement de la Ville dans sa démarche de développement durable. On y retrouve l’œuvre sculpturale de M. James Davidson « Les enfants dans l’arbre », un don du citoyen Robert Vachon et la fresque
murale de l’artiste peintre Sophie Wilkins. 

Tout comme l’ancienne mairesse de Salaberry-de-Valleyfield, Marcelle B. Trépanier, Mme Madeleine Parent a su être de tous les combats afin de contrer l’iniquité sociale de notre monde en évolution. Nous sommes fiers de ce qu’elle a réalisé; elle aura, à sa façon, changé le monde. » a souligné M. Denis Lapointe, maire de Salaberry-deValleyfield.

De gauche à droite : Le député de Beauharnois, M. Guy Leclair, M. Pierre Lagrenade, représentant des mouvements syndicaux, Mme Lorraine Pagé, présidente du conseil d’administration de la Fondation LéaRoback, M. Mario Trépanier, représentant des organismes communautaires et M. Denis Lapointe, maire de Salaberry-de-Valleyfield.