.

.

L’industrie chimique en pleine effervescence à Salaberry-de-Valleyfield

Jeudi, 25 Janvier, 2018 - 09:45

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield accueille positivement la nouvelle d’un investissement majeur de plus de 118 000 000 $ de la part de l’entreprise CEZinc pour son usine de Salaberry-de-Valleyfield visant à moderniser ses installations de traitement de zinc. La ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, madame Dominique Anglade, a profité de sa présence au Forum économique de Davos en Suisse pour procéder à l’annonce de cet investissement qui sera effectué en échange d’un rabais d’électricité octroyé par le gouvernement du Québec.

De son côté, le maire de Salaberry-de-Valleyfield, monsieur Miguel Lemieux, s’est réjoui : « Cette nouvelle majeure va ravir les 370 travailleurs de l’entreprise, mais également l’ensemble des Campivallensiens. Pour ma part, je constate surtout qu’elle renforce le poids, déjà important, de l’industrie chimique dans notre tissu économique. Il faut savoir qu’à lui seul,  le secteur de l’industrie chimique représente treize entreprises, près de 1 800 employés et 600 emplois indirects sur le territoire. Les retombées économiques en salaires, quant à elles, avoisinent les 180 000 000 $ ».

Le maire mentionne également avoir une pensée particulière pour les 47 employés d’AkzoNobel dont l’usine de Salaberry-de-Valleyfield fermera ses portes le 31 mars. « Ces hommes et ces femmes vont perdre un emploi, mais les perspectives d’embauche demeurent excellentes dans cette sphère d’activité. Cette main-d'œuvre spécialisée envers les besoins spécifiques de l'industrie chimique, ici, sera convoitée pour répondre à la demande des autres entreprises du secteur, en recrutement permanent ».

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield est d’ailleurs déjà en discussion avec Emploi Québec pour mettre en place un comité d'aide au reclassement des travailleurs par l’entremise de son directeur du développement économique,  monsieur Yvon D’Aoust. Ce dernier lance par le fait même un appel aux investisseurs de l'industrie chimique : « le site d'AkzoNobel représente un immense potentiel. Les bâtiments, les équipements spécifiques ou encore le terrain disponible pour de l’agrandissement seront assurément une bonne affaire. »