.

.

La protection de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs s’installe à l’Écoparc

Mercredi, 11 Septembre, 2019 - 13:30

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield a inauguré le chantier du nouveau bâtiment qui hébergera le bureau de la protection de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). La construction du bâtiment est bien amorcée à l’Écoparc industriel de Salaberry-de-Valleyfield; les travaux ont ainsi pu être lancés, en présence du maire de la Ville, Miguel Lemieux, du directeur régional de la protection de la faune, Pierre Fortin, ainsi que du lieutenant Gilles Chiasson, chef de service.

Évolution des besoins

Les bureaux de la protection de la faune sont établis depuis 34 ans dans le parc d’affaires Arthur-Miron, sur la rue Cardinal, à Salaberry-de-Valleyfield. Trois décennies plus tard, les effectifs ont augmenté et les besoins ont évolué. Le bureau compte maintenant une quinzaine d’employés, dont 10 agents, qui desservent un vaste territoire, allant de la partie Ouest de l’Île de Montréal, jusqu’aux limites de l’Ontario et la frontière des États-Unis. Le nouvel édifice tiendra donc compte de la nouvelle réalité de la protection de la faune. Le bâtiment offrira ainsi un espace de travail plus grand, des entrées sécurisées, un vestiaire pour les agents et un stationnement plus adéquat pour accueillir la clientèle.

Emplacement stratégique

En 2018-2019, plus de 400 signalements ont été rapportés au territoire desservi par ce bureau de la protection de la faune. « Tout cela représente un grand défi pour ce bureau. Avec le nouvel emplacement, les interventions sur le terrain seront facilitées. Comme les bureaux seront dorénavant localisés près des grandes artères, cela permettra de répondre plus rapidement à certains signalements », a souligné Pierre Fortin, directeur régional de la protection de la faune de l’Estrie-Montréal-Montérégie au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. « Nous attendions ce jour depuis très longtemps! Toute l’équipe a bien hâte de pouvoir s’installer dans les nouveaux locaux », a poursuivi le lieutenant Gilles Chiasson, chef de service du bureau de Salaberry-de-Valleyfield.

Lieu tout désigné

Depuis les dernières années, le développement du secteur industriel a pris énormément d’ampleur à Salaberry-de-Valleyfield. À l’Écoparc industriel, en 7 ans, plus de 10 millions de dollars en investissements ont été réalisés et une centaine d’emplois ont pu être consolidés. Pour l’équipe de la protection de la faune, le fait d’avoir choisi de s’installer à l’Écoparc était tout indiqué, de par la vocation environnementale de ce parc industriel qui valorise les constructions écologiques et la préservation des espaces verts. De ce fait, plus de 75% du terrain sera gardé dans son état naturel.  Ils ont également la chance d’avoir un milieu humide protégé, en cour arrière.

Construction verte

L’équipe Landco, responsable des travaux de construction, doit composer avec différentes balises environnementales propres à l’Écoparc. Le bâtiment a notamment une toiture blanche, qui permettra la réflexion des rayons de soleil, afin de réduire l’effet d’îlot de chaleur. L’ajout de bornes de recharge pour les voitures électriques, l’éclairage au DEL, l’utilisation de matériaux de construction à contenu recyclé, une isolation supérieure et une fenestration écoénergétique figurent parmi les caractéristiques écologiques préconisées dans le projet. Enfin, les travaux devraient être achevés au courant du mois de décembre.