.

.

Phase 2 du projet pilote : 700 bacs bruns distribués

Vendredi, 27 Avril, 2018 - 11:00

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield a rencontré, le 25 avril dernier, plus de 120 citoyens pour leur parler de la collecte des matières organiques (résidus de cuisine et de jardin) alors qu’ils seront intégrés, dès le 1er juillet, au projet-pilote de la collecte de 3e voie. Dans sa seconde phase, ce grand test intègre 930 nouvelles unités familiales au 400 déjà en test depuis 2016, ainsi qu’un grand nombre d’institutions publiques (écoles, bâtiments municipaux…), d’organismes et d’entreprises.  

« Pour des raisons économiques, liées au coût de l’enfouissement des matières et des pénalités gouvernementales, et des raisons environnementales, connues aujourd’hui de tous, il est primordial et incontournable de prioriser le tri de nos matières résiduelles et de maximiser leur valorisation », ont indiqué conjointement le maire de Salaberry-de-Valleyfield, monsieur Miguel Lemieux, et madame Maggy Hinse, conseillère en environnement à la Ville, devant les citoyens mercredi dernier.  

Concrètement et pour commencer, 700 bacs, accompagnés d’un guide et d’un aide-mémoire, seront distribués dans les prochaines semaines. Afin de travailler sur un échantillon représentatif des différentes réalités urbaines, le Service de l’environnement et des travaux publics a sélectionné des rues, dans chacun des quartiers, tout en prenant soin de maximiser la collecte. La première collecte de matières organiques se fera le 3 juillet. Une fois dans le bac brun, les résidus prendront le chemin de la plate-forme de compostage de la Ville et seront ainsi détournés de l’enfouissement. Information.

Déploiement | Le recueil et l’analyse des données de 2016 à 2018 permettront l’introduction de la collecte de 3e voie à l’ensemble de la municipalité (20 000 ménages) d’ici la fin de l’année 2019, en collaboration avec la MRC de Beauharnois-Salaberry.

En attendant |  Les personnes qui ne sont pas ciblées par ce projet pilote peuvent essayer le compostage domestique. Des composteurs sont en vente au prix modique de 20 $ (450 370-4820) et une conférence sur le sujet sera donnée le 23 mai, à 18 h 30. Pour les résidus excédentaires tels que gazon, branches et feuilles mortes, il existe les collectes des résidus verts  et l’Écocentre situé au 2575, boul. Mgr-Langlois.

Le grand problème de l’enfouissement | Dans un site d’enfouissement, les matières organiques sont soumises à une décomposition qui produit des gaz à effet de serre (biogaz) contribuant au réchauffement climatique. Plus largement, l’enfouissement provoque aussi la contamination des sols et des eaux souterraines et la destruction des milieux naturels. De son côté, le compostage lutte contre l’épuisement des ressources naturelles… Alors, compostons!