.

.

L'art à l'oeuvre

ART ET CULTURE
Juin 2015
Imaginez un monde sans son, sans couleur, sans expression. Lorsque l’art investit nos espaces publics, il égaye notre cadre de vie, rassemble, renforce le sentiment d’appartenance. Il est source de cohésion sociale et contribue sans doute à faire grimper notre indice du bonheur. Depuis plusieurs années, la ville de Salaberry-de-Valleyfield s’épanouit au fil des sculptures d’art monumentales qui s’y enracinent.
 

Carrefour giratoire Victoria Est
OEuvre d’art de type monumentalimage oeuvre sculpture

Avec la venue de l’A-30, cette entrée de ville prend de plus en plus d’importance.  Entièrement redessinée selon les concepts modernes d’aménagement routier urbain, cette voie d’accueil bénéficie d’une belle signature visuelle qui prendra toute une dimension avec l’ajout de « Transition ».

Cette sculpture réalisée par l’utilisation de métal filaire, où les zones ajourées permettent des jeux de lumière, est en acier inoxydable d’environ 1 000 lb. Elle est le travail de deux jeunes artistes de la relève, Ian et Gabriel Laframboise, qui bénéficient ici d’une vitrine bénéfique pour leur jeune carrière.

L’oeuvre épurée représente les efforts déployés par les différents travailleurs et travailleuses qui ont participé à l’édification de notre communauté de 1800 à nos jours et de ceux qui emboîtent leurs pas aujourd’hui. Telle une famille, les personnages soutiennent l’enfant qui, à son sommet, pointe vers le centre-ville et vers l’avenir. Le positionnement symbolique de cette oeuvre est des plus signifiants; en effet, la sculpture est déposée directement au-dessus du lit de l’ancien canal de Beauharnois (centre du carrefour), ouvrage d’art majeur qui a contribué au développement de notre ville.
 

Nouveau Skatepark
Art urbain

Olivier Patenaude et Maxime Pintal, jeunes graphistes et amateurs de planches à roulettes, ont très largement influencé l’élaboration du nouveau skatepark en siégeant au comité de réaménagement. Voir le parc prendre forme les a inspirés et poussés à proposer l’implantation d’une oeuvre d’art pour élargir le volet artistique et culturel d’un lieu de rassemblement pour les jeunes de la région.
 
Sur les plans du futur site, un espace était prévu pour planter un arbre, mais il se retrouvait dans des conditions peu adéquates à son développement. Olivier et Maxime ont donc proposé d’y intégrer une oeuvre tridimensionnelle qui ressemblerait, par sa forme, à l’arbre proposé initialement.
 
Urbaine, elle est composée de béton, d’acier, mais aussi de bois. Ses feuilles sont en réalité de vieilles planches à roulettes brisées qui retrouvent ici une deuxième vie. En fait, l’oeuvre est réalisée avec un maximum d’éléments récupérés comme des poutres d’acier provenant d’un ferrailleur.
 
Soulignons la supervision de la réalisation par Sylvain Dubois, soudeur, ayant travaillé sur des projets d’envergure d’ici tels que « Le souffle d’Éole » et « Neptune ».

L’oeuvre a été « plantée » le 22 avril, Jour de la Terre !