.

.

Les clés pour comprendre - Les origines dévoilées

ADMINISTRATION
Avril 2013

Les origines de 600 noms de voies de circulation campivallensiennes, faisant souvent référence à un pan de notre histoire, sont désormais accessibles aux citoyens sur le site Internet de la Ville. Un long et colossal travail de patience et de persévérance se cache derrière toutes ces données…

Donald Tremblay, coordonnateur Aux Origines, Centre de recherche et d’archives du Haut-Saint-Laurent.

Depuis combien d’années travaillez-vous à ce projet, en collaboration avec la Ville?
L’idée d’une publication des toponymes de Salaberry-de-Valleyfield n’est pas nouvelle pour nous, car elle trouve sa source dans nos espérances légitimes, vers le début des années 1990, alors que nous envisagions la sortie d’un répertoire de toponymes. Les conditions n’étaient pas favorables à une telle présentation, nous nous étions donc résignés à attendre l’arrivée d’un moment plus propice tout en continuant d’accumuler les informations pour publication ultérieurement. 

Qu’est-ce qui a permis la publication?
La possibilité d’une présentation virtuelle s’offre à nous à la fin de 2011, après une rencontre avec M. Michel Joly, directeur du Service des relations avec le milieu et secrétaire du groupe de travail sur la toponymie.

Comment avez-vous travaillé?
Nous avons amalgamé, de nos archives, les toponymes provenant de trois fonds majeurs, ceux de Pierre-Paul Clairmont, de feu Jean-Marie Léger et de moi, Donald Tremblay. De son côté, la Ville possédait essentiellement, sous une même adresse, une copie des travaux de Jean-Marie Léger sur le sujet en cause et des descriptifs non répertoriés dans un ensemble.

L’amalgame de ces données nous a permis de déceler des incongruités, corriger et produire une base de données pouvant être consultée par le public.

Sur quoi vous êtes-vous concentrés?
Sur les rues, avenues, boulevards, impasses et terrasses du grand Salaberry-de-Valleyfield. Au début de novembre 2012, nous avons remis quelque 600 toponymes avec descriptifs qui réfèrent aux rues des anciens secteurs GrandeÎle, Saint-Timothée et Salaberry-de-Valleyfield.

Et après?
Il nous reste environ une centaine de toponymes, référant au réseau routier, à passer sous notre loupe de fouine, alors que pour l’instant, aucune référence connue existe en ce qui les concerne. Les recherches se poursuivent; en parallèle nous explorons les origines des noms de parcs, de bâtiments nommés, de ponts, d’îles et de plans d’eau.
Cette banque est donc en constante évolution et n’a pas fini de s’enrichir.

Curieux de découvrir les origines des noms de nos rues?
Utilisez le nouvel outil de recherche toponymique « Noms de lieux », en ligne sur le site Internet, sous l’onglet « Citoyens ». Entrez le nom d’une rue et obtenez le contexte de la nomination, la première date d’utilisation, ainsi que sa position cartographiée. L’outil propose 600 références concentrées sur les voies de circulation (rues, avenues, boulevards, impasses et terrasses).