Accéder au contenu principal

Nouveau : chaussées et trottoirs désherbés à la vapeur

13 juin 2022
Nouvelle
COMM 2022 Entretien Travaux desherbage 17

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield a fait l’acquisition cette année d’un appareil de désherbage thermique pour éliminer les herbes qui poussent sur les bords de rue. Cette nouvelle technique brevetée, basée sur la puissance de la vapeur, permet désormais au Service des travaux publics d’améliorer l’efficacité des opérations de désherbage sur la chaussée et les trottoirs.

Cette solution est à la fois économique et écologique : elle remplace l’utilisation d’une débroussailleuse qui était, jusqu’alors, la seule méthode utilisée puisque la Ville n’utilise aucun herbicide, même à faible impact. Mais cette activité est bruyante, produit beaucoup de poussières, projette de petites pierres et nécessite en plus le passage du balai mécanique.

Fonctionnement

La projection ciblée de vapeur crée un choc thermique sur les herbes indésirables, qui provoque l’éclatement des cellules et l’arrêt de la photosynthèse. L’herbe indésirable fane, sèche et meurt en seulement deux jours avant de se disperser au vent. Ce procédé est efficace, sécuritaire et économique, en plus de réduire l’impact environnemental des travaux sur plusieurs aspects.

Eau bouillante

À la maison

Pour éliminer chez soi les herbes indésirables, sans faire usage d’herbicides, la conseillère en environnement de la Ville recommande de verser simplement de l’eau bouillante sur les herbes à éliminer. Cette technique permet de détruire la plante jusqu’à la racine. Il suffit ensuite de l’arracher et de remplir l’espace avec du sable polymère. Cette opération naturelle est à répéter plusieurs fois, mais au fil du temps, elle sera à renouveler qu’une ou deux fois par an.

UTILISATION DE L'EAU

Cette nouvelle technique de désherbage permet de réaliser une économie d’eau tout en arrivant à un résultat plus durable et toujours esthétique. En effet, l’utilisation de la vapeur d’eau ne se compare pas avec un système de nettoyage à pression. Le volume d’eau utilisé est d’autant plus réduit que l’usage du balai mécanique n’est plus nécessaire après. L’eau utilisée est de l’eau traitée, car il n’existe pas de point d’alimentation en eau brute à proximité. L’évaluation de l’impact environnemental entre les déplacements des camions, pour aller chercher de l’eau brute, et l’utilisation de l’eau traitée pousse à favoriser cette seconde option.