Accéder au contenu principal

Végétaux indésirables et envahissants

Site Web plantes envahissantes

Les plantes envahissantes, particulièrement les exotiques, sont plus performantes et compétitives. Elles prolifèrent au point de nuire aux plantes indigènes, à la biodiversité, à l’équilibre de notre écosystème et même à l’utilisation d’espaces verts. Il est essentiel d’identifier ces plantes nocives qui peuvent avoir un impact économique considérable, causer l’extinction d’espèces indigènes et contaminer sournoisement nos paysages…

Renouee

Renouée du Japon : peste végétale

Véritable peste végétale, la renouée du Japon (" Reynoutria japonica ") est ultra envahissante. Les puissantes racines toxiques pour les autres végétaux de cette plante exotique peuvent s’étendre jusqu’à 2 m de profondeur et 7 m de large. Elle se propage rapidement et dresse des haies qui isolent. Elle est presque impossible à éradiquer. Il est donc primordial de ne pas la déplacer.

Conseils et astuces pour la contrôler :

  • Signaler la présence de la renouée japonaise à votre municipalité.
  • Agir dans les plus brefs délais pour éviter sa propagation en l'arrachant avec minutie et consciencieusement :
    • Jeter tous les résidus de la plante (tiges, feuilles, racines, terre, etc.) dans des sacs noirs et les disposer dans la collecte des déchets.
    • Ne pas la composter et ne pas la disperser dans l'eau.
    • Nettoyer tous les équipements qui ont été en contact avec la plante (gants, souliers, pelle, pneus de voiture, etc.).
  • Assurer un suivi rigoureux.


Consultez la fiche pour l'identifier :

Berce caucase g

Berce du Caucase : inconnue sur le territoire

Plante non répertoriée sur le territoire de Salaberry-de-Valleyfield. Ne pas la confondre avec le panais sauvage (très présent lui)

En plus d'être envahissante, elle est nuisible pour la santé et l’environnement. Elle peut provoquer de graves réactions cutanées semblables à des brûlures. Le contact avec la sève, suivi d’une exposition au soleil, peut provoquer l’apparition d’érythème et d’œdème locaux (peau rouge et enflée), des ampoules ou encore des lésions cutanées parfois graves ressemblant à des brûlures de premier ou de deuxième degré. Les symptômes peuvent se développer jusqu’à 48 heures après l’exposition à la sève. Une pigmentation brune ou des cicatrices peuvent subsister même après la guérison.

La berce du Caucase aime les milieux perturbés et humides (ex. : les fossés, le bord des cours d’eau, des routes, des chemins de fer…), mais elle peut aussi se retrouver dans d’autres habitats tels que les champs et les terrains vagues. Chaque plante peut facilement produire 20 000 graines, voir même jusqu’à 100 000. Très compétitive, elle peut coloniser rapidement le milieu au détriment de la flore indigène.

C’est une grande plante herbacée impressionnante qui ne passe pas inaperçue!

Il faut différencier la berce du Caucase de la berce laineuse ou grande berce (Heracleum maximum, syn. H. lanatum) qui est indigène en Amérique du Nord et de plus petite taille.

Principaux caractères pour la distinguer :

  • La grande taille (2 à 5 m) de la berce du Caucase. La berce laineuse dépasse rarement 2 m.
  • La présence de nombreuses taches pourpres sur les tiges de la berce du Caucase.
  • Les feuilles de la berce du Caucase sont très grandes (jusqu’à de 3 m de longueur et 1,5 m de largeur).
  • Les ombelles de la berce du Caucase sont beaucoup plus grosses (20 à 50 cm) et sont constituées de plus de fleurs (50 à 150 rayons) que celles de la berce laineuse.

Pour signaler la présence de berce du Caucase, veuillez enregistrer votre observation avec l’outil Sentinelle ou remplir le formulaire du MDDELCC. Il est essentiel de photographier le plant pour permettre aux professionnels du Ministère de confirmer votre observation.

Veuillez également aviser votre municipalité de la présence de cette plante exotique envahissante.

  • Avant tout, protégez-vous bien! Couvrez toutes les parties du corps en portant des vêtements de protection non absorbants qui sont imperméables à la sève afin d’éviter tout contact de la peau, des mains et des yeux avec la plante (pantalons longs, manches longues, gants en caoutchouc à manchon long, lunettes de sécurité ou visière, souliers fermés, etc.).
  • Il est important de limiter la propagation de la berce du Caucase. Pour cela, évitez de la planter, de la semer ou de la transporter. Dans la mesure du possible, il faut éliminer la plante et détruire sa repousse.

Méthodes pour l’éliminer :

  • Pour un maximum d’efficacité, commencez les opérations de contrôle tôt au printemps. Il est important de faire un suivi au cours de l’année et de répéter les opérations au besoin. Les interventions devront être poursuivies jusqu’à l’élimination complète des plants.
  • S’il ne s’agit que de quelques jeunes plants, vous pouvez tenter de les arracher. Utilisez une pelle ronde ou une bêche pour retirer un maximum de racines et éviter les repousses. Pour les plants matures ou de grande taille, il est préférable de couper la racine avec une pelle tranchante, approximativement 15 à 20 cm sous la surface du sol. Attention à ne pas disperser les graines si elles sont déjà présentes sur les plants.
  • Il est également possible de tondre ou de faucher la plante. Ceci ne tue pas la berce du Caucase, mais permet de l’épuiser si l’opération est répétée plusieurs fois par année pendant plusieurs années consécutives. ATTENTION! Le fait de déchiqueter la plante augmente les risques de contact avec la sève. Protégez-vous bien et assurez-vous que personne n’entre en contact avec les débris de plante.
  • S’il est impossible d’éliminer les plants, taillez les ombelles (à la base de la tige) le plus tôt possible en saison pour empêcher la formation de graines. Ceci permettra au moins de limiter l’expansion de la plante.
  • Par la suite, placez un géotextile pour empêcher la germination des graines qui seraient présentes dans le sol. Les graines de la berce du Caucase peuvent rester viables pendant plusieurs années.
  • Pour se débarrasser des plants coupés, faites-les sécher en les plaçant dans des sacs de plastique exposés au soleil pendant au moins une semaine.
  • Finalement, il est très important de bien laver les outils et les vêtements après avoir été en contact avec la plante. Il faut également se laver les mains et le visage.
  • Enlevez la sève le plus rapidement possible avec un papier absorbant, et ce, sans frotter.
  • Lavez la région atteinte avec de l'eau savonneuse, rincer abondamment et essuyer.
  • La personne ayant lavé la région atteinte doit aussi se laver les mains.
  • Portez des vêtements qui protégeront la région touchée de la lumière et des rayons UV pendant un minimum de 48 heures (ou crème solaire FPS 30+ pendant 6 mois pour les endroits qui ne peuvent être couverts).
  • Lavez séparément les vêtements qui ont été en contact avec la plante pour éviter toute contamination.
  • Si les yeux sont atteints, rincez abondamment pendant au moins 10 minutes, portez des lunettes de soleil foncées pour éviter l’exposition à la lumière et consultez un médecin le plus vite possible.
  • S’il y a présence de lésions ou une réaction cutanée importante, de la fièvre ou si un enfant est atteint, consultez un médecin.

En tout temps, si vous pensez avoir été en contact avec cette plante et présentez des irritations de la peau, vous pouvez contacter la ligne INFO SANTÉ au 8-1-1.

Panais sauvage

Panais sauvage : plante toxique

Le panais sauvage est une plante toxique qui s'apparente à la berce du Caucase. Elle est présente en grandes quantités un peu partout au Québec et particulièrement au sud de la province, notamment à Salaberry-de-Valleyfield. La sève du panais sauvage ou panais vénéneux peut causer de graves brûlures.

Si vous entrez en contact avec la sève du panais sauvage, il suffit de ne pas s'exposer au soleil pour éviter des lésions corporelles. Le contact initial avec la plante est indolore; les symptômes apparaissent seulement après quelques heures.

Comme cette plante est très abondante, surtout sur les talus le long des routes, des autoroutes et des pistes cyclables, on ne peut penser l’éradiquer. L’idéal est donc de savoir la reconnaître pour éviter d’entrer en contact avec elle. Si on ne peut l’éviter, il est important de bien se couvrir pour prévenir tout contact avec la sève.

  • Hauteur allant de 0,5 m à 1,5 m.
  • Feuilles composées en paires, avec des folioles très dentées qui poussent à l’opposé les unes des autres sur la tige, et d’une foliole en forme de diamant à l’extrémité.
  • Fleurs vert-jaunâtre formant des grappes en forme de parasol et larges de 10 à 20 cm. Elles se transforment en fin de saison en graines rondes et brunes.
  • Tige verte et lisse de 2,5 cm d’épaisseur légèrement poilue.

En cas de contact avec la sève :

  • Lavez l’endroit touché avec du savon,
  • Rincez abondamment à l’eau claire,
  • Lavez-vous les mains,
  • Garder votre peau à l’abri de la lumière.

Quand?

Le meilleur moment est au printemps lorsque le sol est humide.

Comment?

Quelques plants...

Le meilleur moyen est de l’arracher en retirant la plus grande partie possible de la racine pivotante à l’aide d’une pelle ronde, d’une bêche ou d’un couteau à long manche.

Il faudra par la suite faire un suivi régulier pour retirer toute repousse. Vous pouvez aussi couvrir la zone infestée d’une toile géotextile après avoir coupé les racines et les tiges afin d’entraver les repousses.

Grande surface...

Pour de grandes superficies, on peut opter pour la tonte. Celle-ci sera plus efficace si elle est effectuée juste après le point culminant de la floraison, mais avant que n’apparaissent les graines à la fin de l’été ou au début de l’automne.

Protégez-vous

Lors des travaux d’élimination, protégez toutes les parties de votre corps, y compris le visage et les yeux. Une fois l’arrachage effectué, lavez vos vêtements, vos gants en les retournant à l'envers, ainsi que vos outils.

Herbe a poux

Herbe à poux : reconnaître, éliminer, se protéger

L’herbe à poux (Ambrosia artemisiifolia L.) représente une préoccupation significative pour le réseau québécois de la santé publique depuis plus de 30 ans. Elle constitue la plus importante cause de rhinite allergique saisonnière dans tout le nord-est de l’Amérique du Nord et serait responsable d’environ 75 % des allergies aux pollens, affectant environ 1 Québécois sur 10.

L’herbe à poux est une plante annuelle envahissante très répandue au Québec, particulièrement dans la vallée du Saint-Laurent. C’est une espèce qui germe tôt au printemps et qui atteint le stade de floraison et commence à libérer son pollen vers la mi-juillet. La libération du pollen se poursuit jusqu’au premier gel automnal. Un seul plant d’herbe à poux peut produire plusieurs millions de grains de pollen très légers qui seront facilement transportés par le vent et qui risqueront d’être inhalés par l’humain. La plus grande quantité de ce pollen se déposera dans un rayon de 1 km du plant. De plus, un plant peut produire jusqu’à 3 000 graines qui ont la capacité de survivre dans le sol plus de 40 ans. La majorité de ces graines se retrouvera dans un rayon de 2 m de la plante.

Source : ministère de la Santé et des Services sociaux

Reconnaître : herbe à poux ou herbe à puce?

Le meilleur moyen pour contribuer au mieux-être des gens allergiques est de contrôler cette plante sur nos terrains en utilisant des méthodes appropriées comme l’arrachage et la tonte.

Chaque plant d’herbe à poux peut produire jusqu'à 3 000 graines, desquelles naîtront environ 600 nouveaux plants l’an prochain. Il n’est donc pas trop tard pour passer à l’action même si la plante est en fleur. Il faut simplement prendre plus de précautions.

Par exemple, plutôt que de couper les plants en fleurs, arrachez-les. Une fois arrachés, déposez les dans un sac à ordures pour éviter de disséminer les graines ce qui permettra de réduire l’apparition des plants l’année suivante.

Du début d’août jusqu’à la mi-septembre, les fleurs de la plante prennent forme et relâchent leur pollen dans l’air.

Pour faciliter la vie des personnes allergiques en minimisant les symptômes d’allergies dues à l’herbe à poux, il faut :

  1. Tentez d’éviter les activités extérieures, principalement en début de journée (de 7 à 13 h). C’est durant cette période que le pollen est le plus présent dans l’air, en particulier lors des journées chaudes, sèches et venteuses. En vous exposant moins au pollen, vos symptômes pourront être minimisés.
  2. Ne séchez pas vos vêtements à l’extérieur. Le pollen s’y accrochera comme du velcro que vous trimbalerez ensuite, emportant par le fait même la cause de vos allergies avec vous. De plus, évitez de faire la tonte de votre gazon vous-même.
  3. Prenez une douche chaque soir avant d’aller au lit pour ne pas transporter avec vous le pollen jusque dans votre sommeil. Vous pourrez ainsi bénéficier d’une meilleure nuit de repos.
Phragmite2

Le phragmite " Phragmite australis ", roseau commun

Cette plante aime les milieux humides, les rives des plans d’eau et les fossés agricoles, mais peut aussi coloniser des milieux plus secs. Avec sa tige souterraine qui s'agrandit de plusieurs mètres par année et sa production de plusieurs milliers de graines annuellement qui se propagent, elle forme des peuplements denses (5 m de hauteur, densité de 200 tiges par m2) couvrant plusieurs hectares. C'est une véritable menace à la biodiversité.

  • L’extraction mécanique consiste à couper la tige sous la surface du sol ou sous l’eau. Il est recommandé de pratiquer plusieurs passages dans la saison estivale, ou un passage à la fin-juillet, si les ressources sont limitées.
  • Le bâchage nécessite la fauche des plants puis leur recouvrement par une toile géotextile pour plusieurs mois. Au retrait de la toile, il est essentiel de revégétaliser le site avec des plantes indigènes.
  • La fauche répétée est une méthode fréquemment utilisée pour l’entretien des fossés. Elle doit être faite à la fin-juillet ou début d’août. Le nettoyage de l’équipement doit se faire sur le site afin d’éviter la dispersion des graines.
  • En disposer au bac de déchets.
  • Ne jamais la composter!
  • Signalez sa présence avec l'outil de détection Sentinelle du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques.

Plantes envahissantes sur votre terrain. Que peut faire la Ville?

L'Escouade verte municipale est là pour valider la présence de la plante, vous informer sur la problématique et vous conseiller pour la contrôler.

La Ville ne peut contraindre un citoyen à retirer cette plante. Si la plante se trouve de part et d'autre d'une propriété, les voisins doivent s'entendre sur l'intervention à réaliser.

Information

Information
Conseils gratuits en matière d'environnement.
Contact
Coordonnées
275, rue Hébert - 1er étage
Salaberry-de-Valleyfield (Québec) J6S 5Y9
Horaire

De mai à la fin août


Lundi au jeudi : 7 h 00 à 17 h 00
Vendredi : 7 h 30 à 16 h 30