.

.

Arboretum Frédéric-Back

L’arboretum Frédéric-Back est né du désir de souligner l'importance de l'arbre et des forêts dans notre vie. Ces arbres y sont rassemblés pour leur étude, leur exposition au public ou leur conservation. L’arboretum a une superficie totale de 3960 mètres carrés. Il est né de la collaboration de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield, de l’organisme Crivert et de la Fondation TD ma rue, mes arbres et la Fondation Frédéric-Back.
 

L’aménagement de l’arboretum Frédéric-Back comprend 75 arbres répartis en 25 espèces ou variétés et regroupés en trois collections d’arbres :
  • les arbres indigènes qui étaient présents avant la colonisation
  • des arbres pouvant s’adapter aux changements climatiques
    (platane, chicot, tulipier, châtaigne et noyer)
  • un verger des mémoires qui sera composé de variétés de pommes, poiriers et pruniers ancestraux
 
Pourquoi avoir choisi ce type d’arbres? 
 
Le choix des arbres permet aux citoyens de voir les espèces indigènes adaptées au sol et aux conditions climatiques de la région.
Les arbres de la section changement climatique permettront de se familiariser avec des espèces indigènes de la forêt carolinienne qui est présente dans le sud de l’Ontario. Dans un contexte de changements climatiques, il sera donc possible de suivre l’adaptation de ces espèces au climat de notre région.
Le verger des mémoires permet surtout de mettre en lumière les qualités cachées des anciennes variétés dans des conditions urbaines. L’accent a été mis sur l’utilisation de variétés possédant une résistance naturelle aux maladies.
 
 
Qui était Frédéric-Back?
 
Frédéric Back était un artiste-peintre, illustrateur, muraliste et réalisateur de films d'animation, de renommée internationale, surtout connu pour ses Oscars et pour son film L'Homme qui plantait des arbres. Le dessin était son moyen d'expression favori. Il était un pionnier du mouvement environnemental, un artiste engagé.
 
Frédéric Back réalise son rêve de porter à l'écran le merveilleux récit L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono. La portée environnementale du message et la richesse de la philosophie exprimée dans ce texte concentrent des préoccupations déjà abordées dans ses films précédents. Les semences d'arbre que plante le berger sont le symbole de toutes nos actions, bonnes ou mauvaises qui, à long terme, ont des conséquences que nous avons peine à imaginer. À nous de penser et d'agir en fonction de ce que nous espérons pour l'avenir, et de laisser, si possible, un monde plus beau, plus prometteur qu'à notre arrivée. Source : www.fredericback.com
 
« À partir de 1968, une fois terminés les projets de grande envergure qui m'ont accaparé, je m'implique de très près dans le mouvement écologiste. Je contribue aux actions de la Société pour Vaincre la Pollution (SVP) par des dessins, des affiches et en plantant des arbres le long des berges ou des autoroutes… Je plante des pins rouges à la mémoire de mon père et également 500 chênes rouges et autant de pins gris avec l'aide des enfants et de leurs amis. Nous avons planté des milliers d’arbres à notre ferme forestière au milieu de repousses naturelles et nous avons décidé de dédier notre forêt à Jean Giono.
 
Abonné à la revue Le Sauvage qui traite de tous les sujets relatifs à l'environnement, je découvre en 1976 le texte si bouleversant de L'Homme qui plantait des arbres. J'esquisse alors un premier scénario sur le récit de Giono, en même temps que celui du film Tout-rien. Un film pour faire aimer les arbres. Autour de moi personne ne croit à l'intérêt d'une histoire aussi banale, à l'action presque statique et portant un titre aussi long. J’ai travaillé cinq ans à sa réalisation. Terminé en 1987, le film de L'Homme qui plantait des arbres remporte des succès partout et remporte un Oscar en 1988. « Cela démontre que l'art engagé est possible et valable. »
 
D’après l’autobiographie de Frédéric Back
Monsieur Frédéric Back est décédé le 24 décembre 2013.
 
 
Participation citoyenne
 
Des citoyens bénévoles ont participé à la plantation des arbres et des arbustes avec Crivert et la Ville de Salaberry-de-Valleyfield, le 6 juin 2015. Ils auront la satisfaction de voir grandir ces arbres au fil du temps et d'être témoins des bienfaits environnementaux qu’ils procureront. De même, une seconde équipe de citoyens bénévoles, passionnée des arbres et ayant reçu une formation de Crivert sur diverses coupes ainsi que sur la détection des maladies et des carences, entretiendra l’arboretum et assurera la cueillette des fruits et des noix ainsi qu’une surveillance du site.Vous souhaitez vous joindre à eux : 450 371-2492 ou par courriel à info@crivert.qc.ca.
 
 

Arboretum Frédéric-Back

Cliquez sur les flèches pour faire défiler les photos

 
Pour en savoir davantage sur les collaborateurs du projet :